Le vocabulaire de base pour acheter sereinement une prestation logistique.

27/07/22 | Logistique

Si la connaissance de tout un secteur, ça prend du temps, vous pouvez appréhender rapidement les éléments de langage, le fameux jargon, pour éviter les incompréhensions, gagner en aisance et en crédibilité. Et d’autant plus, dans les cas suivants :

  • Vous avez besoin de vous entretenir avec un professionnel de la logistique mais vous ne comprenez pas toujours ce qu’il vous dit ? Vous avez peur passer à côté d’informations capitales, de faire une boulette ou pire, de vous faire avoir 
  • Vous vous apprêtez à sauter dans le grand bain de la logistique et à rejoindre nos beaux métiers ? 
  • Bonus : vous avez aussi le droit de simplement être de nature curieuse !

Vous êtes toujours là ? Alors bienvenue ! Bouclez votre ceinture (sécurité oblige !) et préparez-vous à faire un tour d’horizon du monde de la logistique. Dans cet article nous allons décrypter (avec une touche d’humour) ce langage qui, parfois, peut sembler un peu barbare. 

Notre objectif ? Que vous ayez le vocabulaire minimal, appelons-le le SMIC de la logistique, pour vous sentir à l’aise dans une négociation ou une conversation avec un professionnel

Allez, c’est parti !

Les concepts de base et mots barbares de la logistique

Supply Chain, reverse logistique, slow logistique….De quoi ça s’agit, c’est une ordonnance ? (aka Gad) On vous propose la référence si vous voulez vous décontracter avant de rentrer dans le vif du sujet. Et si vous sentez un vent de panique monter en vous, respirez ! Nous allons justement explorer ces notions avec vous. Vous allez voir, au final, ce n’est pas aussi compliqué que ça en a l’air ! 

Logistique

Selon notre ami Larousse il s’agit de l’ensemble des méthodes et de moyens relatifs à l’organisation d’un service, d’une entreprise… et comprenant les manutentions, les transports, les conditionnements et parfois les approvisionnements.

En plus clair, le rôle de la logistique est de rendre disponible le bon produit au bon moment au bon endroit. Pour y parvenir, elle regroupe plusieurs activités notamment la réception, le stockage, la préparation et l’expédition de vos produits. 

Supply Chain

C’est LE mot barbare pour les néophytes ! Il est d’ailleurs souvent confondu avec son voisin la logistique. Supply Chain est le terme anglais pour désigner la chaîne d’approvisionnement qui se divise en 3 flux :

  • le flux physique : le mouvement et stockage de la marchandise en 3D dans la vraie vie quoi !
  • le flux d’information : la même chose mais dans un système de base de données dans le système informatique.
  • le flux financier : les mouvements d’argent à différentes étapes de déplacement de la marchandise entre les fournisseurs, partenaires, sous-traitants et commanditaires.

Le défi de la supply chain est donc bien sûr de gérer et de coordonner ces 3 flux. Vous êtes toujours là ? Imaginez donc qu’il faut un système de collecte de données puissant et très contrôlé pour pouvoir intégrer ces différents niveaux d’information pour ne rien louper à chacune des étapes. 

Pour résumer, la différence entre logistique et supply chain est que la logistique se concentre uniquement sur les flux physiques au sein même de l’entrepôt alors que la supply chain est beaucoup plus large et englobe la logistique depuis le fournisseur jusqu’au client final dans toutes ses dimensions.

Slow logistique

La mouvance Slow, c’est la tendance qui invite à ralentir nos modes de fonctionnement. Faire de la slow logistique, c’est repenser l’intégralité de la chaîne logistique de manière plus responsable, en plaçant l’humain et l’environnement au cœur du dispositif : emballages recyclables, sourcing made in France, groupement des commandes, modes de transport doux afin de réduire l’empreinte carbone. 

Un enjeu de taille pour les entreprises de transport et logistique mais aussi pour les clients, les consommateurs. Chacun est invité à prendre ses responsabilités et à revoir ses attentes en matière de délai de livraison. La slow logistique c’est accepter d’être livré dans des temps plus longs pour permettre d’optimiser les tournées du dernier kilomètre, c’est-à-dire chez le client. C’est aujourd’hui ce qui est le plus compliqué à optimiser. La slow logistique peut être une partie de la réponse.

Reverse logistique

On continue avec un autre anglicisme, reverse logistique, qui veut dire littéralement logistique inverse, plus communément connue comme la logistique des retours. C’est tout simplement la possibilité pour un client de renvoyer à l’entreprise les produits qu’ils ne souhaitent plus. Il s’agit du service après-vente, qui est d’ailleurs très regardé par la clientèle, qui peut à lui seul stopper l’acte d’achat s’il n’est pas en place ou si la procédure est trop complexe. Surtout pour les e-commerçants.

Logistique urbaine

La logistique urbaine est « l’art d’acheminer dans les meilleures conditions les flux de marchandises qui entrent, sortent et circulent dans la ville ». L’objectif est d’optimiser la gestion des flux et du stockage des marchandises nécessaires à l’économie locale et aux habitants. L’enjeu est d’installer des entrepôts aux portes des villes pour distribuer les professionnels avec des camions adaptés aux contraintes urbaines.  

Plateforme logistique

Rien n’est simple, mais cela ne serait pas drôle si nous ne complexifions pas un peu non ? Deux termes souvent employés pour le même sens par le commun des mortels restent à distinguer. On ne confond pas entrepôts et plateformes logistiques.

  • Dans un entrepôt logistique, les marchandises sont stockées plus de 24 heures. On y trouve des étagères de rangement, des racks et tous les éléments nécessaires au stockage des marchandises et à leur traitement.
  • Dans une plateforme logistique, les marchandises ne font que transiter. Elles ne restent pas plus de 24 heures sur place, le temps nécessaire pour être déchargées, triées puis rechargées.

Bon, on va s’arrêter là pour les bases. Nous ne vous parlerons pas technologie et blockchain mais on vous réserve un article sur le sujet très prochainement. Pensez à nous suivre sur nos réseaux sociaux pour ne pas manquer l’information.

En attendant, vous pouvez réfléchir à une stratégie de reverse logistique en slow n’est-ce pas ?! Vous avez 2 heures !

Comment fonctionne un entrepôt ?

Dessine-moi un… non pas un mouton mais un entrepôt !

Les entrepôts sont des hangars immenses comprenant des quais servant à charger et décharger les marchandises des camions et des allées avec des étagères (des racks) pour pouvoir les organiser et les stocker. Les entrepôts peuvent être organisés selon plusieurs méthodes qui ne seront pas abordées ici. 

Mais en tous cas, le point commun entre tous c’est l’organisation et la rigueur. Marie Kondo n’a qu’à bien se tenir, dans un entrepôt tout est optimisé, rangé et stocké avec précision et minutie. C’est une mécanique bien huilée !

Entrepôt classique

Les entrepôts traditionnels (ou classiques) sont des bâtiments de très grande surface au sol pouvant accueillir les marchandises sur des racks (étagères) dans différentes allées.

Entrepôt vertical

Ici la marchandise est stockée en hauteur dans des racks, accessible grâce à des chariots élévateurs. Avec la demande croissante de e-commerce et la pénurie du foncier à proximité des grandes villes, la logistique doit s’adapter et de nouvelles plateformes à grande hauteur voient le jour. Les entrepôts verticaux vont de paire avec une automatisation des processus grâce à des chariots élévateurs puissants qui vont gérer la préparation des commandes.

Quai de chargement/déchargement

C’est l’endroit accessible pour charger et décharger les camions. Les quais se trouvent à la hauteur des semi-remorques et contiennent différentes portes donnant sur l’entrepôt.

Allées

Pas de piège ici, il s’agit des emplacements permettant la circulation entre les étagères, les racks donc. Les allées sont codifiées ou numérotées pour faciliter l’organisation des stocks.

Même si on parle des fondamentaux de la logistique, on voit bien que ce secteur reste indissociable du transport et les deux travaillent de pair et en complémentarité. 

Les principaux métiers de la logistique

  • Et sinon vous, vous faites quoi dans la vie ?
  • Je travaille dans la logistique, je suis magasinier cariste ! 
  • Ah oui, je vois ! *alors qu’en vrai, vous avez qu’une idée vague de ce qu’il fait au quotidien”

Deux scenarii possibles : vous assumez ne pas tout connaître et vous lui demandez en quoi consiste son métier ou vous préférez acquiescer et faire un sourire poli. 

Pour vous éviter ça, nous vous proposons un tour d’horizon des principaux métiers de la log (pour les intimes).

Responsable logistique

Souvent appelé supply chain manager ou Directeur logistique, il ou elle veille à ce que la logistique des marchandises supervisées se fasse dans les meilleures conditions possibles. C’est avant tout un.e organisateur.rice et un manager avec une vision transversale.

Ses missions : coordonner, organiser et optimiser les flux de marchandises et la gestion des stocks.
Son objectif : réduire les stocks, les délais et les frais. C’est un.e véritable chef.fe d’orchestre.

Responsable d’entrepôt ou de plateforme 

L’entrepôt est sa deuxième maison. Il sait où tout se trouve à la perfection et c’est sur lui que repose l’organisation de l’entrepôt. 

Ses missions : Organiser et coordonner les opérations de gestion des flux de marchandises (réception, entreposage, préparation de commandes, expédition) en optimisant le rapport qualité/coûts/délais. 

Son objectif : Il ou elle doit savoir faire face et s’adapter aux périodes tendues et plus chargées en termes d’activité comme les périodes de fin d’année dans la grande distribution ou le e-commerce. Manager, il ou elle gère toutes les activités de l’entrepôt avec en sus un suivi administratif et de gestion.

Chef d’équipe

Le ou la chef.fe d’équipe logistique est le premier échelon de la hiérarchie logistique. 

Sa mission : encadrer une équipe de caristes, manutentionnaires ou préparateurs de commandes, organiser et superviser leur travail dans un souci de respect des procédures, des délais, de qualité et de satisfaction client. 

Son objectif : bras droit du responsable, il ou elle organise et répartit les différentes tâches dans son équipe.

Magasinier

On appelle aussi ce métier manutentionnaire.

Sa mission : Réceptionner et stocker les produits des fournisseurs, les enregistrer, opérer le groupage ou le dégroupage des marchandises reçues et procéder à leur entreposage.

Son objectif : assurer que tout est rangé au bon endroit !
C’est avant tout un gestionnaire de stock. Il peut aussi être titulaire d’un permis CACES pour conduire le chariot-élévateur et cumulera donc avec la fonction de cariste. 

Cariste

Dans certaines petites entreprises ou entrepôts, une même personne assure la fonction de cariste ou de magasinier. 

Sa mission : charger et décharger des charges lourdes, ranger et stocker les produits en entrepôt, alimenter en marchandises certains postes sont les tâches principales du cariste. Il peut être amené à manipuler tout type de produits ou marchandises sur palette ou non. 

Son objectif : chaque marchandise doit être à sa place quelle que soit sa hauteur !

Préparateur de commandes 

Sa mission : Le ou la préparateur.rice de commandes suit les indications du bon de commande émis par le service commercial. Il rassemble les produits, les conditionne puis après vérification (quantités, références…), il ou elle emballe le tout et assure le flux du colis sur le site ou sa transmission au service livraison. 

Son objectif : s’assurer que les commandes sont prêtes. Ce métier, maillon essentiel de la chaîne logistique nécessite de l’organisation, de la dextérité et de la rapidité. 

Le ou la manutentionnaire peut cumuler avec les fonctions de magasinier/ cariste.

Agent de conditionnement

Sa mission : comme son nom l’indique, l’agent de conditionnement réalise les opérations d’empaquetage et de conditionnement. 

Son objectif : La nature de la marchandise, le mode et la durée du transport prévus influent sur le choix de l’emballage : produits agricoles, cosmétiques, porcelaine et pièces détachées d’automobiles ne voyagent pas de la même façon. 

Gestionnaire de stocks

Il gère et optimise la gestion des stocks (entrées et sorties des marchandises) pour minimiser le niveau de stocks sans risquer la rupture. 

Sa mission : en liaison étroite avec les clients et les transporteurs, il conçoit et coordonne l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement dans les délais impartis. Il met en place le stockage des produits (surface, rangement, rotation des produits) en fonction des services commerciaux et de la demande des clients. Il supervise le traitement des commandes en veillant au respect des coûts et des délais. 

Son objectif : garantir la disponibilité des marchandises.

Chef de quai

Sa mission : organiser et veiller au bon déroulement des opérations de réception, de dispatching (tri) et de livraisons 

Son objectif : répartir et faire transiter les marchandises au sein de l’entrepôt. Quels matériels de manutention sont les plus appropriés pour transférer les marchandises ? Quel type de rayonnage choisir pour entreposer les produits fragiles ? Voilà les questions que le chef de quai se pose.

Parmi tous les métiers que propose le secteur de la logistique, on peut assurément dire que le dénominateur commun de ces fonctions est le sens de l’organisation. Avez-vous cette compétence parmi vos soft skills ou qualités  ? En tous cas, c’est que comme dans l’armée, chacun occupe un poste bien précis même si une personne peut cumuler plusieurs fonctions

Le matériel et les équipements dans la logistique

kesaco kse souk ! Non, nous n’allons pas décoder le langage des Minions ! Mais passer en revue les équipements et outils nécessaires à tous bons logisticiens qui se respectent ! Voici donc notre petit glossaire de la logistique.

Caillebotis : Dans le domaine de la logistique, les caillebotis sorte de planche composée de croisillons en acier ou en bois sont utilisés comme planchers et rayonnages.

Rack / Palettier : Appelé aussi rack, le palettier est un rayonnage pour palettes, composé de plusieurs échelles délimitant les emplacements de stockage.

Chariots élévateurs frontaux et latéraux : c’est un appareil de manutention et de levage. Les professionnels s’en servent pour effectuer des chargements et déchargements de marchandises ainsi que le transport de charges lourdes telles que les palettes.

Transpalettes manuels et électriques  : Également appelé tire-palette, le transpalette est un chariot servant à déplacer des palettes de manutention d’un endroit à un autre.

Hydraulique, électrique ou sans motorisation, tout transpalette a pour trait commun deux bras de fourches souvent élevées de quelques centimètres du sol. L’efficacité réside dans sa capacité à soulever des charges lourdes avec le minimum d’effort.

Les transpalettes peuvent être des transpalettes manuels (sans motorisation) ou électriques. On parle aussi des transplateformes, nommés transpalettes à plateformes.

Douchette ou pistolet/gun ou PDA : Dédié à la lecture de codes-à-barres, le scanner mobile assure l’identification et la traçabilité des marchandises le long de la chaîne logistique. Également appelé « douchette » ou « pistolet » en raison de sa forme, il peut lire tous types de codes. On peut aussi parler de PDA, une sorte de mini ordinateur/ scanner mobile.

Exosquelette : Un exosquelette comme son nom l’indique est un appareil externe à notre structure squelettique et dont le but est d’aider les manutentionnaires à transporter des charges lourdes pour limiter les risques de faux mouvements et de blessures.

Palettes : la palette de manutention est un élément indispensable à la logistique. Elle est utilisée lors du transport, du stockage mais également lors de l’emballage des marchandises. La Palette EUR, également appelée Palette EPAL est une palette commercialisée sur l’ensemble du territoire européen, qui a spécialement été conçue pour être réutilisable et ainsi réduire les quantités de déchets d’emballage industriels. Les dimensions standards de la palette EPAL sont de 1200 x 800. Pour les identifier, les palettes EUR sont marquées d’un logo “EUR” OU “EPAL” sur les “dés” (les parties intermédiaires) des palettes.

Film rétractable : le film rétractable est un film plastique qui se rétracte et permet d’envelopper un objet en épousant sa forme. Son principal atout est qu’il s’adapte entièrement à la marchandise  : une ou plusieurs palettes, un objet de toute forme, véhicule… Les films rétractables ont également l’avantage de protéger les marchandises des intempéries, UV, des températures extrêmes ainsi que de la corrosion, des rayures et des vols. 

Filmeuse : allez celui-ci on vous laisse le deviner. Un indice ? Il y a un lien avec la définition ci-dessus 😉 Il s’agit de l’appareil qui permet d’envelopper les palettes avec un film plastique. 

Imprimante zebra  : ce sont des imprimantes qui permettent de faire du volume avec précision. Elles facilitent à la fois l’impression des étiquettes code-barres qui sont collées sur les marchandises palettisées et des factures pour assurer un suivi et une traçabilité très précis

Cercleuse : c’est l’outil qui permet de faire le cerclage des colis. Cette technique est plébiscitée pour regrouper des produits ou un chargement qui ne peut être homogénéisé ou regroupé facilement en raison de l’irrégularité de leur forme. En pratique, il consiste à entourer un chargement avec un feuillard (une sorte de sangle fine) puis de fixer le tout avec une boucle ou une chape. Il est également courant de souder afin de solidariser les éléments.

Le jargon logistique à connaître pour discuter avec votre prestataire !

Qu’est ce qui diiiiiit ?

Nous vous avons gardé le meilleur pour la fin ! Vous pouvez même essayer de jouer chez vous en cachant la réponse pour vérifier que votre niveau de connaissance a bien augmenté avec la lecture de cet article.

C’est bon on peut gerber vos palettes ?

On vous voit venir mais ce n’est pas ce que vous croyez ! Gerber indique la possibilité d’empiler les colis les uns sur les autres pour gagner de l’espace sans abîmer la marchandise. La gerbabilité des palettes ou des colis est déterminée par plusieurs facteurs dont le poids, l’emballage et le conditionnement requis.

Vous cherchez un partenaire niveau 1PL ou 5PL ?

Non, ce ne sont pas des nouvelles gammes de poids-lourds ! Les prestataires logistiques sont classés en de 1 à 5 PL, PL signifiant Party Logistics. 

  • Les 1PL interviennent au premier niveau de la chaîne de sous-traitance logistique, à savoir le transport. Ils offrent des services de transport au niveau local, régional ou national : chargement des marchandises dans le camion, acheminement jusqu’au client, prestataire ou partenaire et déchargement des produits une fois arrivé sur place.
  • Les 2PL vont avoir une offre de service plus développée que les 1PL. Outre le transport, ils vont proposer des services de stockage et d’entreposage.
  • Les 3PL sont des fournisseurs externes qui vont prendre en charge tout ou partie des fonctions logistiques de leur client. Ce dernier pourra leur sous-traiter des activités de transport et de stockage, mais également leur confier la gestion de problématiques connexes comme par exemple la préparation de commande, la gestion de l’inventaire.
  • Les 4 PL sont des entreprises de logistique qui prennent en charge la gestion de l’ensemble du processus logistique. On parle aussi d’« intégrateurs ». Choisir un 4PL peut notamment être intéressant pour les entreprises qui doivent gérer des supply chain complexes ou internationales.
  • Les 5PL interviennent au dernier niveau de la supply chain, en coordonnant l’ensemble des activités des entreprises sous-traitantes, en particulier des 3PL et 4PL. Par rapport aux 4PL, ils proposent en plus des prestations d’ingénierie logistique, mettant notamment en place des systèmes automatisés pour rendre la supply chain plus performante. Il s’agit généralement de systèmes de commandes, de gestion de stock et de gestion des expéditions.

Alors, nous on fait du crossdocking !

Il s’agit de faire transiter des marchandises des quais d’arrivée aux quais de départ, sans passer par le stockage. A réception des marchandises, elles sont triées puis redispatchées pour une expédition sous 48 heures maximum. 

Cette technique est souvent utilisée pour des marchandises périssables.

Pas de problème, on va vous prévoir des stocks avancés / stocks déportés / stocks support usine

Qu’on les appelle avancés, déportés ou support usine, ce sont des stocks qui ne sont pas physiquement chez leur propriétaire. Ils sont dans un périmètre géographiquement proche pour permettre un approvisionnement rapide. Très utiles pour disposer de marchandises à proximité de vos clients, de matières premières à proximité de vos usines voire même à proximité de votre entreprise pour faire face à un pic d’activité. Ils représentent un pilier très importants d’une stratégie logistique car ils ont l’avantage de permettre :

– de limiter les risques de rupture de stock et d’arrêt de chaînes de production. 

– de négocier des matières premières en plus grande quantité pour réduire les coûts

– à vos clients de réduire leur surface de stockage et de fonctionner en flux tendu.

On prévoit un stockage de masse ou au sol +1 +2 +3… 

C’est quoi le stockage de masse ? Le stockage en masse est une méthode de stockage qui consiste à empiler les marchandises directement sur le sol et qui, lorsqu’elle est correctement réalisée, offre certains avantages logistiques. On peut aussi prévoir du stockage au sol mais qui n’est pas en masse pour des marchandises imposantes. Vous me suivez ?

Un stockage au sol +1 +2 +3 signifie que les palettes sont gerbées au sol vides ou pleines, c’est-à-dire empilables suivant les étages

Vos stocks, vous voulez qu’on les gère en LIFO ou plutôt FIFO ?

C’est une règle de gestion de sorties des stocks. Ici on part plutôt de l’adage premier arrivé premier servi. Sauf que c’est en anglais et ce n’est pas toujours cette règle qui s’applique 🙂 

  • FIFO: First In First Out ou en Français « premier entré premier sorti »
  • LIFO: Last In First Out ou « dernier entré premier sorti »
  • FEFO: First Expired First Out ou en Français  « premier expiré, premier sorti ».

Le but de la manœuvre c’est de savoir qui sera le premier colis à repartir quel que soit son classement sur la ligne d’arrivée ! Tout dépend du mode d’organisation choisi par votre prestataire et les exigences que vous lui imposez.  Donc valable très souvent pour les marchandises périssables ou avec une date de péremption.

Et vous avez défini un stock de sécurité ?

Le stock de sécurité (ou stock tampon) est le niveau de stock qui permet de limiter les ruptures de stock dues aux aléas : prévisions non conforme à la demande, délai d’approvisionnement plus long que prévu… Il y plusieurs méthodes de calculs savants pour arriver à définir ce stock. On vous conseille de lire cet article pour choisir celle qui vous conviendra le mieux.

Sinon en prestation, on peut vous proposer du picking,

du co-packing …

Le picking (cueillette en anglais) en logistique, c’est l’action d’aller chercher les produits dans le stock pour les regrouper à l’endroit où on va les coliser, c’est la 2ème étape de la préparation de commande, la mise en colis.

Le co-packing est plutôt la résultante d’une action de marketing promotionnel. Il s’agit d’un processus consistant à regrouper des produits dans un même conditionnement. Soit parce que ces produits n’ont pas été réunis à l’occasion de leur fabrication et qu’il s’agit alors généralement de produits différents. Soit parce la marque souhaite organiser une vente promotionnelle, et il s’agit alors le plus souvent de produits similaires qui seront vendus en lot. Par exemple le shampoing ou les paquets de biscuits.

WMS

Un WMS (Warehouse Management System) est un système de gestion d’entrepôt. Ce progiciel permet la gestion de toutes les tâches courantes dans un entrepôt : réception de marchandises, entreposage, gestion de stock, inventaires, préparation de commandes, expédition, pilotage via des tableaux de bord.

Combien avez-vous de références ?

C’est la classification des articles par famille des produits. A chaque spécificité, une référence. Par exemple : un bloc trois tiroirs en mélaminé ou en chêne, on compte 2 références et si les mesures varient en hauteur ou largeur, cela augmentera encore le nombre de références. 

La rotation de votre stock est de 6 semaines

Les stocks dormants ça coûte cher. La rotation du stock est un indicateur du renouvellement des stocks dans une période donnée (rapport entre les sorties et le stock physique moyen correspondant). Une forte rotation des stocks indique que les articles « tournent vite » et que le niveau des stocks et des coûts associés sont limités.

Vous voilà paré.e pour discuter logistique avec votre futur partenaire ! Vous connaissez un concept, un mot ou une expression qui manque de clarté pour vous ? N’hésitez pas à nous envoyer un email, nous nous ferons un plaisir de vous répondre et de mettre à jour le guide.

Pour en apprendre davantage sur la logistique, rendez-vous sur notre blog en cliquant ici ou suivez-vous sur votre réseau social préféré.

Qui sommes-nous ?

EV Logistique est la solution logistique du réseau de transporteurs et logisticiens Evolutrans.

Reconnu pour son réseau de transport de palettes de qualité Volupal, EV Logistique a été pensée avec la même exigence pour le stockage de 1 à 2000 palettes.

Aujourd’hui, EV Logistique c’est :

  • 49 logisticiens membres du réseau
  • 57 sites logistiques dans toute la France
  • 6600 collaborateurs à votre service

Nos prestations

Stockage

Que vous cherchiez une solution pour 3 jours ou 5 ans, que vous ayez besoin de trouver une solution en urgence ou que ce soit dans un ou plusieurs sites, nous avons élaboré des processus et bâti une solution pour vous garantir un maximum de flexibilité et de réactivité.

Vos marchandises sont stockées dans nos entrepôts entièrement sécurisés et manipulées par des professionnels qualifiés et formés. Vous pourrez suivre en temps réel vos stocks pour prendre les bonnes décisions et optimiser leur gestion.  

Préparation de commandes et picking

Vous avez une nouvelle commande de la part d’un ou plusieurs de vos clients ? Félicitations ! Transmettez-nous la commande et nous nous occupons du reste. Nous préparons les commandes, les reconditionnons si besoin et les expédions.

Triage qualité

Préservez votre relation client et confiez-nous la dernière vérification avant la livraison. En fonction du cahier des charges fourni par vos soins, nous faisons un dernier contrôle qualité pour s’assurer que la marchandise est conforme à la commande. 

Ce contrôle est aussi réalisable pour la logistique des retours clients, avant de vous retourner les marchandises.

En option, nous pouvons vous débarrasser des produits identifiés comme défectueux.

Transport

Vous cherchez un partenaire pour livrer vos clients ? Pour récupérer des palettes chez un client ou un fournisseur ? Parce que la prestation logistique et le transport sont intimement liés, tous nos membres sont à la fois logisticiens et transporteurs. Ils pourront vous proposer une solution adaptée à vos besoins et contraintes. 

Pour le transport de palettes, nous avons une solution de transport mutualisée Volupal qui permet d’optimiser les coûts et les délais de livraison. Cliquez ici pour trouver un partenaire ou là si vous souhaitez faire un devis en ligne.

👉 Besoin d’un devis ? Rendez-vous sur notre site pour faire une demande, nous vous proposerons une solution sous 72h. Et si vous avez une question, vous pouvez compléter ce formulaire ou bien nous envoyer un email à contact[@]evlogistique.fr 

Nos autres articles